Mémoires

Mémoire sur le projet de loi no° 130

Loi abolissant le ministère des Services gouvernementaux et la Société québécoise de récupération et de recyclage et mettant en oeuvre le Plan d’action 2010-2014 du gouvernement pour la réduction et le contrôle des dépenses en abolissant et en restructurant certains organismes et certains fonds.

PRÉSENTÉ À
MADAME MICHELLE COURCHESNE
Ministre responsable de l’administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor
le 1er février 2011

Version pdf du mémoire

Lors du dernier budget, le gouvernement Charest annonçait son intention d’abolir certains fonds et organismes gouvernementaux, dont celui du Conseil de la famille et de l’enfance (CFE) mettant ainsi en oeuvre son Plan d’action 2010 — 2014 du gouvernement pour la réduction et le contrôle des dépenses. Le projet de loi 130 a été déposé dans le but de concrétiser cet énoncé de principe.
Le projet de loi spécifie clairement que : « Le ministre de la Famille est substitué au Conseil de la famille et de l’enfance; il en acquiert les droits et en assume les obligations. » En abolissant le CFE, le gouvernement ne met pas fin à la mission de celui-ci, mais transfère ses responsabilités au ministre de la Famille. Il faut donc se demander si les organismes communautaires et les ressources dédiées à la famille peuvent suppléer un tel organisme.

La COFAQ a d'ailleurs présenté son mémoire en commission parlementaire. [voir la vidéo]

Dossier de projet de loi 130 sur le site de l'Assemblée nationale


 

La disparition du Conseil de la famille et de l'enfance ramène la question de comment faire entendre la voix des familles auprès du gouvernement. Il faut envisager à la fois les méthodes traditionnelles et s'ouvrir aux moyens les plus récents des technologies de l'information. Les médias sociaux, les outils Internet et de la téléphonie actuelle offrent des possibilités qui pour l'instant semblent peu exploitées.

Nous souhaitons voir dans un avenir proche, particulièrement de la part du ministère de la Famille, un plus grand désir de communiquer avec les groupes communautaires et ses représentants. Nous pouvons vous assurer que nous répondrons présents à ces demandes au nom des familles du Québec.

ImprimerE-mail