Itinrance

Une adresse postale, premier pas vers la réinsertion des itinérants

itinrence

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir

Pour favoriser leur réinsertion, les personnes en situation d’itinérance doivent tout d'abord obtenir une adresse fixe afin de recevoir les prestations d'aide sociale. Depuis 2002, « une décision du tribunal administratif a reconnu le droit des itinérants à recevoir des chèques de l’aide sociale même s’ils ne possédaient pas d’adresse. » Pour cette raison, Richard Chrétien a fondé l’organisme Sac à dos, qui permet aux itinérants d’avoir une case postale. Le directeur de l’organisme constate que « la stabilité postale permet, dans leur instabilité, de garder un lien. Si le gars change d’adresse constamment, il finit par perdre le fil avec Revenu Québec, ses intervenants, son médecin »

Lien : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/505261/une-adresse-postale-premier-pas-vers-la-reinsertion-des-itinerants

 

Legalisation cann

La marijuana augmenterait le risque de décès par hypertension

Entre 2005-2006, la Georgia State University a mené une étude auprès de 1213 consommateurs de cannabis. Ils ont constaté que les individus fumant uniquement de la marijuana, sur une période de 11,5 années « couraient un risque 3,42 fois plus élevé de mourir d’hypertension que celles n’ayant jamais fumé de cannabis. Et ce risque était 1,04 plus élevé avec chaque année additionnelle de consommation. » Toutefois, ils n’ont constaté « aucune association entre l’utilisation de marijuana et les décès par maladies cardiaques ou accidents cérébrovasculaires ». Par contre, ils expliquent qu’à long terme l’utilisation de cannabis pourrait être plus nocive que le tabagisme.

Lien : http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/505260/la-marijuana-augmenterait-le-risque-de-deces-par-hypertension

 

Famille

Pas facile de voyager avec une fille handicapée. Un grand nombre de parents préfèrent passer des vacances à la maison.

Voyager avec des enfants peut s’avérer difficile, mais voyager avec un enfant lourdement handicapé rend la tâche plus ardue. Les parents doivent organiser le voyage des semaines d’avance, prendre des accommodations avec les compagnies aériennes et emporter avec eux tous le matériel nécessaire pour le bien-être de leur enfant. Pour donner un répit aux parents ayant des enfants lourdement handicapés, une mère, étant dans la même situation, a fondé l’organisme l’Étoile de Pacho. L’organisme offre des camps d’été avec du personnel spécialisé dans le soin des enfants ayant des besoins particuliers.

Lien : http://www.journaldemontreal.com/2017/08/07/pas-facile-de-voyager-avec-sa-fille-

 

Immigration

L’attente s’allonge dans les centres d’accueil pour réfugiés

Depuis le début de l’année, 6505 demandes d’asile ont été déposées au gouvernement du Québec. Pour cette raison, le gouvernement a mis en place des centres d’hébergement temporaires, dont le stade olympique de Montréal, pour accueillir les réfugiés. Toutefois, ils peinent à couvrir la demande, car à ce chiffre viennent s’ajouter 3200 demandes supplémentaires, uniquement pour le mois de juillet. Parmi les réfugiés, la majorité est issue de la communauté haïtienne provenant des États-Unis, à la suite des menaces, faites par le président américain, de retirer le statut de protection temporaire à 58 000 d’entre eux.

Lien : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/505139/refugies-l-attente-s-allonge-dans-les-refuges

 

Sante

Des salles d’opération vides pendant qu’on délègue au privé

Pour désengorger le système de santé, le gouvernement du Québec a payé plus de 11 000 chirurgies dans trois cliniques privées. Parallèlement, les salles d’opération dans les hôpitaux publics ne sont pas exploitées à leur plein potentiel. Ainsi, le gouvernement paye simultanément pour des chirurgies au privé et pour des infrastructures inutilisées dans les hôpitaux publics. D’après une enquête, menée par le Journal de Montréal, le seul hôpital à obtenir un taux de 100 % d’utilisation des blocs opératoires est l’Hôpital général de Montréal, du Centre universitaire de Santé McGill (CUSM).

Lien : http://www.journaldemontreal.com/2017/08/06/des-salles-doperation-vides-pendant-quon-delegue-au-prive

Imprimer E-mail